Ambition et bien être

 

Ancienne élève de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) du lycée Fabert à Metz, j’aimerais vous faire part du souvenir que je garde de ces deux années.

Ayant intégré une classe de MPSI en première année, je n’ai absolument pas trouvé le « saut lycée-prépa » insurmontable. Certes, il était nécessaire de travailler de manière soutenue et d’aller au fond des choses, mais il était très motivant de voir tous ses efforts récompensés. En effet, au cours de cette première année j’ai toujours eu la sensation que mes résultats étaient « proportionnels » au travail fourni.

D’autre part, les professeurs étaient très impliqués dans notre réussite : ils étaient toujours disponibles pour  nous donner des explications supplémentaires sur les points du cours non compris, ou simplement pour nous écouter et nous conseiller dans les moments de découragement.

Pour ce qui est de l’ambiance générale entre les élèves, je dois dire que les classes préparatoires facilitent la création des liens, grâce notamment aux soirées d’intégration, mais également grâce au temps passé ensemble, que ce soit pendant les heures de cours ou les khôlles.

Je n’ai jamais ressenti une quelconque compétition, bien au contraire, il y avait une entraide spontanée entre les élèves. Sans oublier la tradition du parrainage entre les deuxièmes et premières années. Je ne garde donc qu’un très bon souvenir de ma première année au lycée Fabert.

En ce qui concerne la deuxième année, tout reste valable, à ceci près que le niveau était nettement plus élevé. J’ai intégré la classe de MP* et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi difficile.

" Mais l’avantage de choisir un lycée comme Fabert, c’est de pourvoir concilier ambition et bien-être. "

Alicia PALO

Magistère de mathématiques de Strasbourg

Je suis actuellement en magistère de mathématiques à l’Université de Strasbourg : il s’agit d’un cursus Licence-Master plus chargé que les autres, dans l’optique d’une préparation au CAPES et à l’Agrégation. La sélection s’y fait sur dossier et non sur concours, et je n’ai eu aucun mal à obtenir de mes professeurs des lettres de recommandation.

Ces deux années de CPGE m’ont non seulement apporté des bases solides en mathématiques, mais elles m’ont également donné le goût du travail approfondi : deux choses qui me seront d’une aide précieuse dans la poursuite de mes études

Alicia PALO a intégré le magistère de mathématiques de Strasbourg en 2010

Télécharger en PDF

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • RSS
  • Email
  • Print