Si c’était à refaire …

 

Après mon baccalauréat scientifique obtenu avec mention, je ne savais pas quoi faire. J’aimais les langues, certes, mais pas au point d’en faire mon métier. Par ailleurs, les sciences ont toujours été pour moi un mystère auquel je voulais mettre un terme !

J’avais depuis le lycée entendu parler des classes préparatoires qui offraient la possibilité à ceux qui le souhaitaient d’intégrer une des grandes Ecoles scientifiques françaises.  Ainsi, intégrer le lycée Fabert était certes synonyme d’un travail non négligeable, mais l’assurance de pouvoir réaliser mes objectifs.

Bien coté au palmarès des classes prépa, ce lycée m’a permis tout au long de mon parcours de mieux me connaître, de mieux appréhender mes limites…

" En effet, accepter que certains aient un meilleur niveau que soi n’est pas simple, mais dans mon cas a permis de puiser des ressources que je ne soupçonnais pas. "

Jérôme LEBACQ

ENSEM (Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique)

Par ailleurs, l’équipe pédagogique semble avoir joué un rôle déterminant dans ma réussite puisqu’elle a toujours su être à mon écoute, consciente des efforts qu’elle demandait.

La rupture avec le secondaire s’est également manifestée dans l’ambiance qui règne dans une classe prépa. Au lycée Fabert, les élèves ont bien compris que la densité et la continuité des cours doivent unir les personnes plus que les diviser.

Si c’était à refaire ? Je sais pourquoi j’ai intégré le lycée Fabert et jamais je ne regretterai ce choix puisqu’il m’a permis au final d’intégrer l’ENSEM à Nancy, école bien cotée sur CCP.

Si j’avais un conseil… Bien dans son corps, bien dans sa tête…Une bonne hygiène de vie est essentielle pour réussir. Pour cela, du sport, une alimentation saine (quelques excès tolérés) et du sommeil.

Jérôme LEBACQ a intégré l’ENSEM en 2010

Télécharger en PDF


  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • RSS
  • Email
  • Print