Tenter l’aventure

 

Pourquoi les classes préparatoires ?

L’idée de faire une classe prépa a germé progressivement dans mon esprit. En effet, je ne me pensais pas capable de suivre un cursus connu pour sa difficulté et la concurrence qui y règne en vue des concours. J’ai finalement décidé de tenter l’aventure après avoir été encouragé par toute ma famille. Je voulais devenir ingénieur et ils m’ont assuré que c’était le plus sûr moyen d’y parvenir.

La filière MPSI/MP me semblait toute indiquée vu mon goût pour les mathématiques et la physique. J’apprécie les sciences et encore plus de pouvoir appliquer mes connaissances à des problèmes concrets. La MPSI/MP était pour moi la bonne solution connaissant son aspect très mathématique tout en y  associant des connaissances en physique, chimie et sciences de l’ingénieur.

Sortant de 3 ans d’internat en lycée militaire, je souhaitais vraiment me rapprocher de ma famille pour ne pas être seul dans ces années qui pouvaient s’annoncer difficiles. Le lycée Fabert était donc le meilleur établissement par sa proximité avec ma famille, son enseignement de qualité, son ambiance de travail et par la solidarité qui règne entre les élèves.

Comment j’ai vécu mes deux années de prépa ?

La première chose que l’on apprend en prépa, c’est que le lycée est bel et bien terminé. Il ne faut pas se laisser surprendre au début et commencer tout de suite à se mettre dans le rythme qui est très soutenu. Je me suis laissé surprendre en début de sup, mais j’ai fortement apprécié la présence des enseignants qui comprennent tout de suite les problèmes et s’impliquent vraiment pour la réussite de leurs élèves.

En effet, les clés pour bien réussir ces deux années sont une organisation du travail rigoureuse, une constance dans l’effort d’apprentissage et une source de motivation (pour ma part je souhaitais intégrer l’ENSTA Bretagne). Il est également souhaitable d’avoir un moyen de relâcher la pression régulièrement!

Ensuite, la spé a été plus facile du fait de l’habitude de travail acquise en sup et encore une fois de la qualité de l’enseignement, que ce soit en maths/physique ou dans les matières littéraires qui restent une part importante du travail à fournir vu leur importance aux concours.

" J’ai notamment apprécié la préparation dans ces dernières disciplines où les enseignants se mettent vraiment à la disposition des élèves pour qu’ils se sentent véritablement prêts le jour J. "

Guillaume ROCOLLE

ENSTA Bretagne

J’ai intégré cette année l’ENSTA Bretagne (ex ENSIETA). C’est une fois qu’on est dans une école d’ingénieur qu’on se rend vraiment compte que tout le travail fourni en classe préparatoire a payé et en vaut vraiment la peine.

Guillaume ROCOLLE a intégré l’ENSTA Bretagne en 2011

Télécharger en PDF


  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • RSS
  • Email
  • Print