Un goût pour les études

 

La prépa n’était pas mon premier choix en sortant du lycée. J’avais été refusé aux écoles d’ingénieurs postbac que j’avais demandées, mon objectif était donc d’aller en prépa pour demander ces écoles sur dossier l’année suivante. J’ai choisi PCSI car j’aimais bien la physique en terminale.

Sachant ce qui m’attendait en classe préparatoire, j’ai changé mes habitudes de lycée et commencé à travailler dès le début d’année et j’ai très vite pris goût aux différentes matières proposées. Le travail n’est pas du tout pénible quand on aime apprendre.

Le rythme est soutenu, mais les professeurs sont toujours présents pour aider, répondre aux questions, fournir plus d’explications.

J’aimais bien les colles et même si je préférais celles de maths ou de physique, les colles d’anglais ont été un excellent moyen de progresser à l’oral.

Finalement, j’ai tellement apprécié ma première année que je n’ai pas tenté les écoles postbac sur dossier et j’ai continué en PSI*. J’ai choisi les sciences de l’ingénieur car c’est une matière que j’avais aimée en première et en terminale au lycée Louis Vincent.

La classe étoilée m’a permis de préparer efficacement le concours X/ENS, car les professeurs ont été attentifs et m’ont fourni des sujets adaptés.

" Même si j’ai trouvé l’année de préparation aux concours plus difficile, je suis heureux des connaissances que j’ai acquises en mathématiques, en physique, en sciences industrielles, et ce pendant les deux années ! "

Théophile BOINNARD

ENS Paris-Saclay

La prépa m’a apporté un vrai goût pour les études (que je n’avais pas du tout avant), une meilleure efficacité dans mon travail et un intérêt pour les sciences en général.

Ayant beaucoup apprécié les programmes de physique et de mathématiques durant ces deux années, j’ai voulu continuer à apprendre dans ces domaines après la prépa. C’est pourquoi j’ai passé le concours de l’Ecole Normale Supérieure, et je suis désormais élève au département de Physique de l’ENS Paris-Saclay !

Théophile BOINNARD a intégré l’ENS Paris-Saclay en 2019

Télécharger en PDF


  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • RSS
  • Email
  • Print