Une grande surprise !

 

Après le lycée, la prépa était plutôt évidente pour moi, comme voie royale scientifique. De même, le choix de la filière PCSI ou MPSI s’est imposé facilement  : je préférais la physique, et je voulais passer en PSI en deuxième année. La partie la plus difficile pour moi a été de choisir dans quel établissement je passerais deux ou trois années.

En effet, je voulais entrer dans une grande prépa parisienne car je pensais y avoir de meilleures chances aux concours. Le lycée Fabert s’est donc retrouvé après les parisiennes dans ma liste de choix.

" Fabert, une prépa qui vaut les parisiennes ... "

Baudouin ROULLIER

SUPAERO (ISAE)

Une fois les résultats d’admission post bac tombés, n’ayant pas eu de place en internat à Paris, je me suis donc inscrit à Fabert en PCSI. Et alors que je pensais être arrivé dans une  «petite prépa provinciale», j’ai eu une grande surprise pendant mes deux ans passés ici. Fabert n’a rien à envier aux prépas parisiennes  : les professeurs sont tout aussi diplômés que ceux de Paris, les locaux sont propices au travail, le cadre est sympathique, et en bonus, la cantine est bonne  !

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les prépas parisiennes attirent les meilleurs élèves de la même façon que le brain drain aux USA, mais cela n’empêche pas Fabert d’être un très bon établissement. Si je devais refaire ma prépa, je choisirais de la faire à Fabert.

Baudouin Roullier a intégré SUPAERO en 2012

Télécharger en PDF



  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Blogger
  • Tumblr
  • LinkedIn
  • RSS
  • Email