Une petite famille

 

Au lycée, je trouvais que la formation d’ingénieur me correspondait  : cette filière scientifique offre un large panel de métiers, tout en étant ouverte sur le monde du travail.

Sachant ce que je voulais faire, je devais choisir une prépa. J’avais la chance d’habiter à une vingtaine de minutes du lycée Fabert, il était donc plus simple de rester sur Metz. La prépa est réputée difficile, autant ne pas se compliquer la tâche avec des aspects pratiques, et je pense avoir fait le bon choix  : rentrer à la maison chaque soir, retrouver ses parents et ne pas avoir à s’occuper du repas, c’est très important. Je n’aurais trouvé ce confort de vie nulle part ailleurs.

Il fallait aussi faire un choix de filière : j’ai choisi la filière Mathématiques Physique (MP), et je pense qu’il faut vraiment raisonner par goût pour faire ce choix.

Ce que j’ai trouvé à Fabert
En arrivant en prépa, on démarre rapidement  ! Ce qui m’a beaucoup étonné au début, c’est l’attention que les professeurs apportent aux étudiants. Ils font vraiment le maximum pour que chaque élève puisse trouver réponse à SON problème, et puisse voir pourquoi ça bloque chez LUI et pas chez le voisin. A Fabert, on ne laisse tomber personne. J’ai été ravi de trouver un environnement de travail agréable, Fabert est en quelque sorte une grande famille où tout le monde se connaît.

Comment je l’ai vécu
Niveau rythme de travail, il va en augmentant. La quantité est importante, mais gérable. Personnellement j’étais très loin du premier de la classe. Mon niveau était correct et je me situais en milieu et deuxième moitié de classe. J’ai simplement continué à travailler,  en ne négligeant pas les matières littéraires (langues et français-philo).

" Il y a des moments où les notes que l’on reçoit ne semblent pas correspondre à la quantité de travail fourni,  mais l'esprit « petite famille » de la prépa à Fabert m’a réellement fait progresser dans la façon d’appréhender le travail  : on apprend à s’organiser, à raisonner, et à acquérir des méthodes de travail. "

Nicolas BARO

Mines ALBI

Ce que je fais maintenant
Je suis actuellement à l’école des Mines d’Albi, et je suis très content de ce que j’y apprends et de ce que j’y fais. Comme je l’ai expliqué précédemment, j’étais loin d’être le meilleur en prépa, mais je n’ai pas perdu courage. Tout le monde a des capacités, j’ai essayé de rentabiliser les miennes  ! En restant à Fabert, j’ai réussi à concilier études et détente.

Nicolas BARO a intégré les Mines ALBI en 2013

Télécharger en PDF


 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Blogger
  • Tumblr
  • LinkedIn
  • RSS
  • Email