La cohésion d’un groupe

 

Après avoir obtenu mon bac S, en section Sciences de l’Ingénieur, je me suis naturellement tourné vers une PCSI, car la prépa était pour moi la voie royale pour devenir un ingénieur. C’est ainsi que j’ai entamé ma première année à Fabert. Les débuts ont été un peu compliqués : il fallait s’adapter à la charge de travail plus importante qu’au lycée, aux cours plus abstraits et condensés aussi.

Mais passées quelques semaines j’ai trouvé mon rythme de vie qui m’a permis de progresser. Ceci a été possible selon moi grâce à deux facteurs essentiels. Tout d’abord l’internat. En effet, le fait d’être dans cet univers permet de se concentrer presque exclusivement sur le travail et la cohésion du groupe permet de s’entraider lorsqu’on n’arrive pas à faire quelque chose, mais aussi de souffler et se détendre, ce qui est, selon moi, primordial pour s’épanouir en prépa.

Ensuite, les professeurs sont aussi, à mes yeux, un facteur de réussite. En effet, n’ayant qu’une seule classe, ils connaissent leurs élèves et sont toujours prêts à leur expliquer et réexpliquer les choses, et aussi à les écouter et à les aider dans la difficulté.

J’ai ainsi passé une première année sans trop de problèmes et j’ai pu intégrer la PSI*, ce qui était mon but en arrivant.

" Ce que je retiens de ma prépa, c’est qu’elle m’a apporté certes des connaissances scientifiques extrêmement poussées et des méthodes de travail, mais plus important encore, elle m’a apporté une confiance en moi (notamment au travers des khôlles qui sont sûrement les expériences les plus formatrices), des connaissances humaines et une forme d’humilité. "

Arnaud ANCEL

Centrale Lille

En effet, des liens forts se forment entre les élèves confrontés à la même adversité, et « l’esprit concours » – qui fait tant peur -n’existe pas car tout le monde s’entraide pour atteindre le même but : intégrer l’école de ses rêves, et l‘émulation positive qui règne dans la classe nous fait tous progresser.

Ayant maintenant intégré Centrale Lille, je me rends compte que la PSI* a été le bon choix, car elle offre un panel de connaissances très utiles en école. En effet, les cours de SI et de physique (comme l’électrotechnique, le traitement du signal) apportent une vision différente des autres filières et permettent de mieux appréhender des problématiques auxquelles nous sommes confrontés en arrivant en école d’ingénieur.

Finalement, il ne faut pas avoir peur de sauter le pas, car on retire toujours quelque chose de positif de sa prépa. Et si je devais résumer mon expérience en 3 mots cela serait : Exigence, Connaissances et Epanouissement.

Arnaud ANCEL a intégré Centrale Lille en 2018

Télécharger en PDF


  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google
  • RSS
  • Email
  • Print